Sénégal/Érection d’une journée de deuil national : voici les raisons

0
219
Sénégal/Érection d'une journée de deuil national : voici les raisons
Immigration

Le Sénégal, secoué par la tragédie continue de l’émigration clandestine et la perte de milliers de jeunes vies en mer, se retrouve confronté à un nouveau dilemme. La Fédération des Associations des Sénégalais de l’extérieur et de retour (Faser) a proposé l’érection du 18 décembre en journée de deuil national pour rendre hommage aux victimes de cette crise humanitaire. Face à la presse, la Faser a pointé du doigt l’absence de politique de jeunesse et a appelé à des mesures urgentes pour mettre fin à ce fléau.

L’appel de la Faser

Au large de Dakar, l’horreur se poursuit avec la découverte de 15 corps sans vie après un naufrage, ne laissant que deux rescapés. Le destin de 7 000 jeunes sénégalais engloutis dans les vagues de la mer à cause de l’émigration clandestine suscite l’indignation et souligne l’urgence d’agir. La Fédération des Associations des Sénégalais de l’extérieur et de retour (Faser) tire la sonnette d’alarme en mettant en lumière l’absence de politique de jeunesse comme l’une des causes de cette tragédie. Face à la presse à la Maison des migrants de Keur Massar, la Faser dénonce l’échec du Frontex, chargé des frontières maritimes de l’Union européenne, et réclame des actions concrètes.

Vers une journée de deuil national

La Faser a formulé des demandes claires en réponse à la crise migratoire qui frappe durement le Sénégal. En premier lieu, elle propose l’érection du 18 décembre, journée internationale du migrant, en journée de deuil national pour commémorer les milliers de vies perdues en mer. C’est un appel poignant à la solidarité nationale et à la reconnaissance officielle de cette tragédie. Pour sortir de cette crise, la Faser exige la suspension des contrats de pêche, soulignant le lien étroit entre la crise migratoire et les activités de pêche. Elle appelle également à la tenue d’assises sur l’émigration clandestine, à la validation de la politique nationale migratoire, à la négociation d’un accès facile au visa pour les jeunes, et à la recherche d’une convention de rapatriement avec l’Union européenne pour une migration sûre et régulière.

La crise migratoire qui sévit au Sénégal est profondément enracinée dans la situation socio-économique du pays. L’absence de perspectives pour la jeunesse, combinée à des facteurs tels que la pauvreté et le chômage, pousse de nombreux jeunes à risquer leur vie dans l’espoir d’un avenir meilleur en Europe. La Faser, en pointant du doigt le Frontex, souligne les défaillances du système européen dans la gestion de la crise migratoire et appelle à des solutions globales.

La proposition de la Faser d’élever le 18 décembre en journée de deuil national est un appel à la mobilisation nationale pour reconnaître et honorer les victimes de l’émigration clandestine. La suspension des contrats de pêche est une réponse directe aux liens entre la crise migratoire et les activités de pêche, soulignant l’impact économique de la situation.

En appelant à des assises sur l’émigration clandestine, à la validation de la politique nationale migratoire, et à la négociation de mesures concrètes avec l’Union européenne, la Faser met en avant la nécessité d’une approche holistique pour résoudre cette crise humanitaire. Les demandes de la Faser reflètent la volonté d’aborder les causes profondes de la crise et de mettre en place des solutions durables.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici