Gabon : un nouveau président à la Cour Constitutionnelle après plus de 30 ans

0
235
Gabon : un nouveau président à la Cour Constitutionnelle après 32 ans

Après plusieurs années passées à la tête de la Cour constitutionnelle gabonaise, Marie-Madeleine Mborantsuo, a été obligée de laisser enfin sa place à une nouvelle génération de juges. Cette décision prise par le président de la transition, le général Oligui Nguema, a mis fin à un règne controversé au sein de la plus haute juridiction du pays.

Une relation controversée avec le régime Bongo

Marie-Madeleine Mborantsuo avait été nommée présidente de la Cour constitutionnelle depuis sa création en 1991, et elle avait conservé ce poste sans interruption depuis lors. Sa longue présidence de 32 ans avait suscité des débats et des critiques, certains considérant qu’elle était trop proche du pouvoir en place.

La magistrate a été reçue le 6 septembre 2023 par le président de la transition, le général Oligui Nguema, qui lui a notifié la fin de sa mission. Le communiqué de la présidence, bien que sobre, a officialisé son départ et exprimé des remerciements pour son service, affirmant qu’elle partait avec « le sentiment du devoir accompli et l’intérêt supérieur de la nation ».

Marie-Madeleine Mborantsuo a réagi à cette décision en déclarant : « Monsieur le Président, entouré de tous les membres du comité de transition, m’a fait l’honneur de me recevoir et de me faire part des raisons qui ont amené à interrompre le fonctionnement régulier des institutions. Je passerai le flambeau. C’est tout à fait normal et c’est dans l’ordre normal des choses qu’une nouvelle ère puisse voir le jour ».

Marie-Madeleine Mborantsuo était une figure bien connue au Gabon, mais aussi une personnalité controversée. Elle était réputée pour sa proximité avec la famille Bongo, la dynastie au pouvoir depuis des décennies. Cette proximité a contribué à la perception que la Cour constitutionnelle était souvent en faveur du régime en place.

Originaire du Haut-Ogooué, la province d’origine des Bongo, Marie-Madeleine Mborantsuo avait une histoire personnelle liée au pouvoir. Avant de devenir présidente de la Cour constitutionnelle, elle avait occupé le poste de présidente de la Chambre des comptes de la Cour suprême. Elle était également connue pour son élégance et son surnom de « Dame de fer ».

L’opposition avait régulièrement accusé la Cour constitutionnelle de partialité envers le pouvoir, le régime d’Ali Bongo, président déchu. Malgré quelques tentatives de démontrer son indépendance, la Cour avait souvent validé les résultats électoraux au profit du régime en place, suscitant des critiques et des controverses.

Une nouvelle Cour Constitutionnelle voit le jour plus de 30 après

Marie-Madeleine Mborantsuo a été remplacée par une nouvelle Cour constitutionnelle composée de neuf juges suprêmes. Le porte-parole du Comité de transition pour la restauration de l’État et l’Intégrité (CTRI), l’organe de la junte, a annoncé que Dieudonné Aba’A Oyono avait été nommé nouveau président de la Cour. Oyono est un magistrat de carrière qui a fait ses preuves au Conseil d’État.

La nouvelle Cour se compose de neuf magistrats, dont trois étaient déjà en poste. Elle compte sept hommes et deux femmes, représentant diverses provinces du Gabon. Cependant, l’annonce suscite des controverses, car c’est le général Oligui Nguema qui a nommé tous les juges, alors que d’habitude les nominations sont le résultat de différents processus impliquant diverses institutions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici