Écarté de la sélection nationale béninoise Michael Poté se livre

0
683
Écarté de la sélection nationale béninoise, Michael Poté se livre

En Côte d’Ivoire, le joueur Michael Poté vit la CAN 2023 en tant que consultant sur la télévision ivoirienne NCI. Lors d’un récent, Poté affirme rester attaché au Bénin et ouvert à d’autres formes de représentation. Dans un entretien, l’attaquant revient sur son expérience en équipe nationale.

Un engagement continu envers le Bénin

La première grande déclaration de Poté concerne son attachement indéfectible au Bénin, malgré son statut de citoyen ivoirien. Il insiste sur le fait qu’il continuera à représenter le pays d’une manière différente. « Je représente d’une autre manière le Bénin. Je serai toujours disponible pour le pays. Je suis de nationalité ivoirienne certes, mais j’ai joué pour le Bénin, je soutiendrai toujours le Bénin peu importe. J’espère et j’en suis persuadé que le Bénin se retrouvera aux prochaines Coupes d’Afrique. »

Interrogé sur son désir de porter à nouveau le maillot de l’équipe nationale, Poté répond avec enthousiasme. Malgré une longue absence de la sélection, il exprime son désir continu de jouer pour le Bénin. « Toujours, je suis réaliste. Ça fait longtemps que je n’ai pas mis pied en équipe nationale, mais j’ai eu mon moment. J’ai eu un bon moment. Je n’ai aucun regret avec ce que j’ai fait avec le Bénin. Maintenant, comme je dis, porter d’une autre manière le pays, pourquoi pas, je suis ouvert à tout. »

Rien contre sa non-sélection mais…

Michael Poté aborde également la manière dont son exclusion de l’équipe nationale a été gérée. Bien qu’il affirme ne pas nourrir de rancune et soit reconnaissant pour le travail accompli, il souligne des aspects maladroits dans la forme de sa mise à l’écart. « Je n’ai pas de rancune spéciale à avoir du fait que je n’ai pas été sélectionné cette année ou pas. Pas du tout, chacun a fait son temps. J’ai fait de reproches plus par rapport à la manière, plus par rapport à la forme que le fond, parce que le fond, il faut être réaliste. Pour la forme, c’était un tout petit peu maladroit à mon égard, mais rien n’est bien méchant. Je reste quand même très content du travail que j’ai fait pour le Bénin ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici