Burkina Faso : Ibrahim Traoré met en garde « les valets locaux de l’impérialisme » et leurs soutiens de l’extérieur

0
211
Burkina Faso : Ibrahim Traoré met en garde « les valets locaux de l'impérialisme » et leurs soutiens de l'extérieur
Ibrahim Traoré, président de la transition au Burkina Faso

Le discours du Chef de l’État à la Nation à l’occasion du 63e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso a été marqué par des déclarations fortes du président de la transition, Ibrahim Traoré. Mettant en garde contre l’impérialisme et les valets locaux qu’il prétend être à la solde de forces étrangères, le président appelle à l’unité nationale pour restaurer la paix dans le pays.

Dénonciation de l’impérialisme et de l’ingérence étrangère

Ibrahim Traoré a débuté son discours en dénonçant vigoureusement l’impérialisme et l’ingérence étrangère dans les affaires du Burkina Faso. Il accuse ces forces étrangères de piller les ressources du pays à travers des valets locaux qu’elles ont placés à la tête de l’État. Selon le président, cette manipulation atteint son paroxysme avec l’envoi d’ordres criminels qui ont des conséquences désastreuses sur la population, tuant hommes, femmes et enfants. Cette déclaration reflète une profonde frustration face à ce qu’il perçoit comme une exploitation continue du Burkina Faso.

Le président met en garde contre les conséquences de l’impérialisme et du néocolonialisme, soulignant que le peuple burkinabè ne restera pas passif face à ces pratiques. Il appelle à un changement de cap et à l’unité nationale pour faire face à ces défis et restaurer la souveraineté du Burkina Faso. Car pour lui, « il est temps qu’on s’arrête et qu’on peut voir dans la même direction et agir afin que le Burkina puisse recouvrer la Paix ».

Appel à l’unité nationale pour restaurer la paix

Ibrahim Traoré insiste sur la nécessité d’une réponse unifiée face aux défis actuels du Burkina Faso. Il appelle à une cessation des divisions internes et à une action collective pour mettre fin à l’impérialisme et restaurer la paix dans le pays. Pour lui, il est temps que tous les Burkinabè regardent dans la même direction et agissent de concert pour le bien de la nation.

Le président de la transition reconnaît que restaurer la paix nécessitera des efforts significatifs et pourrait impliquer des ajustements au sein du pays. Il évoque la nécessité d’une solidarité nationale pour surmonter les difficultés à venir. Cet appel à l’unité vise à rassembler le peuple autour d’un objectif commun : la défense de la souveraineté nationale et la restauration de la paix.

« Ces impérialistes, en plus de piller nos états, en plus de nous spolier à travers les valets locaux qu’ils ont mis à la tête de nos états, état d’ailleurs qu’ils considèrent comme étant leur sous-préfecture, aujourd’hui. Hui a atteint son paroxysme à nous envoyer un ordre de criminel qui tue hommes, femmes et enfants. Nous supposons que c’est l’apogée de l’impérialisme et du néocolonialisme. Le vaillant peuple du Burkina Faso va les accompagner dans le déclin », a déclaré Ibrahim Traoré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici