Nigeria : l’armée tue « par erreur » au moins 85 civils

0
201
Nigeria : l'armée tue « par erreur » au moins 85 civils

Au Nigeria, un bombardement de l’armée, initialement démenti, a causé la mort d’au moins 85 civils lors d’une célébration religieuse dans l’État de Kaduna. L’incident, survenu dans la soirée du dimanche 3 décembre 2023, soulève des préoccupations majeures quant à l’utilisation des drones militaires dans des zones civiles densément peuplées.

Un bilan tragique révisé à la hausse

« Des fidèles musulmans qui célébraient le Mawlid (la fête de la naissance du prophète Mahomet, ndlr) ont été tués par erreur et de nombreux autres blessés à la suite d’une attaque de drone militaire visant des terroristes et des bandits », a déclaré lundi, le gouverneur de l’État de Kaduna, M. Uba Sani. « La fête de Mawlid se déroulait dans le village hier soir lorsque le rassemblement a été bombardé vers 21 heures. Personne ne s’attendait à une telle tragédie. Nous avons jusqu’à présent identifié 30 victimes, pour la plupart des femmes et des enfants », a précisé un habitant du village.

Le bilan initial de la frappe, qui était de 30 morts et plusieurs blessés selon les autorités de l’Etat de l’État de Kaduna, est désormais revu à la hausse, selon l’Agence nationale de gestion des urgences (Nema). Confirmant les informations données par les autorités locales, l’agence indique que « 85 corps ont été enterrés jusqu’à présent, tandis que les recherches se poursuivent ». Cette révélation bouleversante attire l’attention sur l’ampleur de la tragédie. « Au moment de la rédaction du rapport, le bureau de zone ne pouvait pas visiter la communauté en raison des tensions, bien que des consultations soient en cours avec les chefs religieux, les dirigeants traditionnels et les agences de sécurité afin d’apaiser les tensions. Il convient de noter que les victimes étaient des enfants, des femmes et des personnes âgées», a ajouté Nema.

Reconnaissance de l’armée et secours en cours

Après avoir initialement démenti toute implication, l’armée nigériane a finalement reconnu sa responsabilité dans la frappe, la qualifiant d’ « erreur ». « Le major Okoro a expliqué que l’armée nigériane était en mission de routine contre les terroristes, mais que malheureusement les populations de Tudun Biri ont été touchées. Les opérations de sauvetage et de secours se poursuivent. Et des dizaines de blessés ont été évacués à l’hôpital par les autorités », a expliqué le ministre local de l’information, Samuel Aruwan, lors d’un point presse à Kaduna.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici