Mali : le général El Hadj Gamou remplace l’ex gouverneur de Kidal, le colonel Fodé Malick Sissoko interpellé

0
217
Mali : le général El Hadj Gamou remplace l’ex gouverneur de Kidal, le colonel Fodé Malick Sissoko interpellé
colonel El Hadj Ag Gamou

Le président de la Transition au Mali, Assimi Goita a nommé le général El Hadj Gamou en tant que gouverneur de Kidal. Cette décision intervient dans un contexte tendu, marqué par la fuite d’échanges téléphoniques compromettants impliquant le précédent gouverneur, le colonel Fodé Malick Sissoko, et son allégeance présumée à un chef rebelle.

Changement de leadership à Kidal

Le colonel Fodé Malick Sissoko, désormais ex-gouverneur de Kidal, a été remplacé par le Général El Hadj Ag Gamou. Cette nomination survient après la diffusion d’échanges téléphoniques du colonel Sissoko, où son allégeance présumée au chef rebelle Algabass Ag Intalla a suscité des inquiétudes au sein du gouvernement malien. Cette transition de leadership a pour objectif de restaurer l’autorité de l’État malien dans une région où le contrôle demeure partiel.

Le Général Gamou, bien qu’ayant servi en tant que commandant de zone à Kidal, n’est pas étranger aux controverses. Son implication présumée dans des groupes progouvernementaux, notamment le Groupe d’Autodéfense Imghad et Alliés (GATIA), lui a valu des critiques. Cependant, il a également été reconnu pour son engagement farouche contre les rebelles et les groupes jihadistes dans le cadre de l’armée malienne.

Sa carrière militaire, débutée au milieu des années 90 dans l’armée malienne, l’a conduit à des missions internationales en tant que casque bleu des Nations unies. Son expérience s’étend à des conflits complexes contre la rébellion et les groupes jihadistes au Mali. Avant de rejoindre l’armée malienne, le Général Gamou a également fait partie de la Légion verte de l’armée libyenne, participant à des combats dans divers pays arabes, dont la Syrie.

La région de Kidal, récemment reprise par les forces armées régulières maliennes des mains des rebelles le 13 novembre dernier, reste un point névralgique dans la quête de stabilité au Mali. La nomination du Général Gamou vise à consolider l’autorité de l’État dans cette zone stratégique. Malgré des antécédents controversés, sa connaissance approfondie de la région et son engagement contre les groupes hostiles pourraient jouer en faveur de la stabilité à long terme.

La fuite des échanges téléphoniques du colonel Sissoko a exacerbé les tensions et soulevé des préoccupations quant à la loyauté des responsables locaux envers le gouvernement central. La nomination du Général Gamou s’inscrit dans une démarche visant à rétablir la confiance et à renforcer les liens entre l’État malien et la population de Kidal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici