Gabon : Ali Bongo se prononce sur la détention de sa femme et de son fils

0
246
Gabon : Ali Bongo se prononce sur la détention de sa femme et de son fils
Sylvia Ondimba Bongo, femme de l'ex-président gabonais

La situation au Gabon prend une tournure poignante alors qu’Ali Bongo, président déchu, s’exprime sur la détention de sa femme Sylvia Bongo et de son fils Noureddin. Malgré les accusations et les incarcérations, Ali Bongo affirme la solidité mentale de sa famille tout en rejetant les allégations du nouveau pouvoir.

Un homme touché mais fort

Ali Bongo, bien que touché par la situation, reste mentalement fort face à la détention de son fils et de sa femme. Refusant l’offre des nouvelles autorités militaires, celle de se rendre à l’étranger pour se soigner au besoin, Ali Bongo affirme qu’il ne partira pas sans sa famille et qu’il est prêt à prendre ses responsabilités. Les accusations selon lesquelles Sylvia et Noureddin dirigeaient en usurpant sa signature sont rejetées par Ali Bongo, qui insiste sur le fait qu’aucune décision n’était prise sans son aval. « Il ne comprend pas cette violence contre lui. L’armée lui a proposé de s’exiler il y a environ un mois. Un avion était prêt, mais il a refusé de quitter le Gabon. Preuve de sa solidité. Il ne veut pas partir sans sa femme et son fils. Il affirme qu’ils n’ont rien fait et qu’il est prêt à prendre ses responsabilités… Les militaires disent qu’ils dirigeaient, usurpaient sa signature, mais aucune décision n’était prise sans l’aval d’Ali qui en pleine possession de ses moyens malgré son handicap physique », a indiqué à RFI, une source proche du président déchu.

Sylvia Bongo lourdement accusée

La famille reste dans l’incertitude. Les proches craignent un nouvel AVC pour l’ex-président et expriment leur inquiétude quant à la détention de Sylvia Bongo à la prison de Sans-Famille à Libreville. Sylvia Bongo, accusée de détournement de fonds publics, blanchiment des capitaux, et imitation de la signature du chef de l’État, a été incarcérée ce mercredi 11 octobre 2023 à la prison de Sans-Famille à Libreville. Les médias locaux ont ensuite relayé que Sylvia Bongo aurait soutenu dans un premier temps au cours de cette comparaison, qu’elle ne serait pas Sylvia Bongo Ondimba mais Sylvie Valentin avant d’expliquer par la suite d’où les biens inscrits en son nom. Par ailleurs, elle a argumenté que ses biens ont été mis en son nom par l’accord de son mari, Chef de l’État d’entre-temps, après l’accident vasculaire cérébral (AVC) de celui-ci en 2018. Il convient de souligner que Sylvia Bongo est par ailleurs accusée comme son fils Nourredin Bongo qui séjourne depuis un certain temps à la prison centrale de Libreville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici