Bénin : un enseignant d’Université et une voyante devant la CRIET pour une affaire d’escroquerie

0
160
Bénin : peine de prison requise contre un député de la 9è mandature pour blanchiment de capitaux
CRIET

Un enseignant d’Université au Gabon se retrouve dépossédé d’une grande partie de ses biens suite à sa rencontre avec une voyante qu’il accuse d’escroquerie. L’universitaire a saisi la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Une rencontre aux lourdes conséquences

Selon les informations rapportées par Banouto, l’histoire commence lorsque l’enseignant, en proie à des difficultés financières et professionnelles, se tourne vers une voyante pour trouver des solutions à ses problèmes. Selon lui, le médium lui aurait révélé, après communication avec sa défunte mère, que ses malheurs étaient causés par des influences néfastes de sa famille et que des travaux occultes étaient nécessaires pour y remédier. Poussé par ces révélations, l’enseignant s’est vu conseiller de vendre tous ses biens au Bénin pour se libérer de ces influences.

Suivant les conseils de la voyante, l’enseignant a procédé à la vente de ses propriétés, incluant une école maternelle et primaire ainsi que plusieurs parcelles de terre, pour un total évitant les 22 millions de FCFA. Cependant, il affirme que la voyante lui a non seulement dérobé l’argent de ces ventes, mais également une somme supplémentaire, portant le total de ses pertes à une fortune considérable.

La défense de la voyante

Lors de leur comparution ce lundi 18 mars 2024 devant la CRIET, et face à ces accusations, la voyante présente une toute autre histoire. Elle affirme que c’était l’enseignant lui-même qui, submergé par des dettes au Gabon, avait envisagé de vendre ses biens au Bénin. Elle déclare avoir participé à l’achat de ces propriétés, versant une somme importante pour leur acquisition. La voyante, qui se décrit comme une entrepreneure prospère et pratiquante de plusieurs divinités, conteste ainsi les allégations d’escroquerie portées contre elle.

La complexité de cette affaire a conduit la CRIET à programmer des auditions supplémentaires, impliquant d’autres témoins mentionnés par les deux parties. Avec une prochaine audience fixée au 29 avril 2024, la cour s’apprête à démêler un imbroglio où la foi en le surnaturel se confronte à des enjeux financiers majeurs, mettant en évidence les risques liés à la vulnérabilité des individus face à l’aide spirituelle et aux manipulations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici