Cajou : la Côte d’Ivoire va détrôner cette puissance économique mondiale

0
201
Cajou : la Côte d'Ivoire va détrôner cette puissance économique mondiale

La Côte d’Ivoire est en passe de réaliser un exploit économique majeur en devenant le deuxième exportateur mondial d’amandes de cajou, juste derrière le Vietnam et devant l’Inde. Cette montée en puissance dans la production et la transformation locale de ce fruit à coque représente un tournant historique pour le pays des Éléphants et confirme son rôle prépondérant dans le secteur agricole en Afrique.

La progression fulgurante de la Côte d’Ivoire dans la production de cajou

Depuis 2017, la Côte d’Ivoire s’est engagée dans une démarche ambitieuse visant à structurer et à développer sa filière de l’anacarde, ou noix de cajou. Cette stratégie porte ses fruits, puisque le pays est devenu le premier producteur mondial devant l’Inde dès 2021. En 2023, il a exporté près de 47 500 tonnes d’amandes de cajou, rivalisant ainsi avec les exportations indiennes. En 2024, cette tendance s’est accentuée, avec une augmentation de la production et des capacités de transformation locales, tandis que l’Inde a réduit ses exportations pour se concentrer sur son marché intérieur.

La percée de la Côte d’Ivoire dans la production de cajou est le résultat d’efforts concertés pour structurer la filière et promouvoir la transformation locale. En doublant sa production de noix brutes à 1,2 million de tonnes, le pays a également mis en place une trentaine d’usines de transformation. L’objectif est d’atteindre 50 % de transformation locale d’ici 2030. Cette politique volontariste reflète l’engagement du pays à tirer parti de ses ressources agricoles pour stimuler son économie et créer des emplois.

Le rôle croissant de la Côte d’Ivoire dans la transformation en Afrique

Avec 55 % de la transformation de cajou en Afrique assurée par la Côte d’Ivoire, le pays consolide son statut de leader régional dans ce secteur. Il pourrait s’inspirer du modèle indien, qui a développé un secteur agroalimentaire dynamique en valorisant les brisures de cajou dans divers produits. Cette montée en puissance de la Côte d’Ivoire dans la filière de l’anacarde vient renforcer sa position après celle du cacao, et témoigne de son potentiel à influencer la hiérarchie mondiale de cette industrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici