Bénin/Répression pour port de casque : un chanteur envoie un message au gouvernement             

0
201
Bénin/Répression pour port de casque : un chanteur envoie un message au gouvernement             

Le gouvernement béninois a récemment intensifié la répression contre plusieurs infractions routières, y compris l’obligation pour tous les passagers d’une moto de porter un casque. Cette mesure a entraîné une flambée des prix des casques, et de nombreux citoyens peinent encore à s’en procurer. Face à cette situation, le jeune chanteur béninois Sima a pris la parole pour adresser un message au gouvernement.

De la difficulté des citoyens

La décision du gouvernement de rendre obligatoire le port du casque pour tous les passagers d’une moto était destinée à améliorer la sécurité routière. Cependant, l’effet immédiat a été une hausse spectaculaire des prix des casques, rendant difficile pour de nombreux Béninois de se conformer à la loi. Les personnes incapables d’acheter des casques se retrouvent non seulement exposées à des risques sur la route, mais aussi confrontées à des sanctions de la part des autorités, incluant la saisie de leurs engins et des frais de fourrière.

Un appel à la subvention

Dans ce contexte difficile, le jeune chanteur Sima appelle le gouvernement à adopter une approche plus solidaire. Le chanteur suggère que le gouvernement pourrait également faciliter l’acquisition de casques pour le peuple béninois, comme c’était le cas pour les moustiquaires imprégnées. Que ce soit par la distribution ou la subvention, l’objectif serait de rendre les casques accessibles à tous, en particulier aux plus démunis, sans pour autant compromettre l’importance de la sécurité routière. « Dans ce pays, on a partagé des moustiquaires imprégnées pour palier à l’évolution drastique que connaissait le paludisme. Alors je pense que dans ce combat pour la prévention et la sécurité de la vie humaine, on devrait aussi par ricochet essayer de faciliter l’acquisition de ces casques au peuple béninois. Même si on ne pourrait pas les offrir, on pourrait quand même subventionner », a-t-il écrit.

Sima reconnaît que la répression n’est pas sans fondement, soulignant que le gouvernement avait prévenu de ces mesures et que l’obligation du port du casque n’est pas nouvelle. Cependant, il met en lumière la nécessité d’un équilibre entre l’application stricte de la loi et le soutien aux citoyens pour qu’ils puissent respecter ces règles sans subir de préjudice financier. La répression n’est pas « du tout un désordre, car le gouvernement a prévenu et cette action de port de casque n’est pas née hier alors comprenons que le peuple aussi en est pour quelque chose. Mais on pourrait soulager ou faciliter la tâche aux plus démunis, c’est tout ce qu’on pourrait demander », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici