Madagascar : le président de la République Andry Rajoelina démissionne de son poste

0
260
Madagascar : le président de la République Andry Rajoelina démissionne de son poste

Le président de Madagascar, Andry Rajoelina, a démissionné de son poste. Cette décision intervient après la confirmation par la Cour constitutionnelle de sa candidature aux élections présidentielles prévues pour le 9 novembre 2023.

Une crise politique au Madagascar ?

Conformément à la constitution malgache, tout président en exercice souhaitant se présenter à une élection présidentielle doit démissionner 60 jours avant le scrutin. Andry Rajoelina a respecté cette règle en envoyant sa lettre de démission à la Cour constitutionnelle. En temps normal, le président du Sénat prend la relève en cas de démission du chef de l’État. Cependant, dans ce cas particulier, le président du Sénat, Herimanana Razafimahefa, a refusé de prendre la relève pour des « raisons personnelles », ajoutant une couche supplémentaire de complexité à la situation.

Qui va assurer l’intérim d’Andry Rajoelina au Madagascar ?

La Cour constitutionnelle a indiqué dans une autre décision que le gouvernement exercerait collectivement le pouvoir présidentiel, avec le Premier ministre à sa tête. Cette décision est une première dans l’histoire politique du Madagascar et soulève des questions sur la stabilité et la gouvernance du pays pendant cette période de transition. Le Premier ministre, Christian Ntsay, a déjà annoncé qu’il travaillerait en étroite collaboration avec les différents ministères pour assurer une transition en douceur.

La Haute Cour de Madagascar a publié la liste officielle des candidats à la présidence. Sur les 28 candidats en lice, 13 ont été retenus, y compris Andry Rajoelina et deux anciens présidents, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina. Rajoelina avait pris le pouvoir en 2009 à la faveur d’un coup d’État. Il avait été élu en 2018, mais récemment, le président a été au centre d’une polémique concernant sa double nationalité française et malgache.

L’opposition conteste une nouvelle candidature d’Andry Rajoelina. En effet, il aurait été naturalisé français en catimini en 2014 et devrait donc perdre sa nationalité malgache, conformément aux dispositions du code de la nationalité malgache, rappelle ses détracteurs. Mais sans cette dernière nationalité, Andry Rajoelina ne peut pas être candidat à une élection dans le pays, encore moins le diriger. Mais le camp de Rajoelina rejette cette version.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici