Adji Sarr : la fille qui avait porté plainte contre Ousmane Sonko portée disparue

0
540
Adji Sarr : la fille qui avait porté plainte contre Ousmane Sonko portée disparue

Au Sénégal, la vie d’Adji Sarr, l’ancienne masseuse de Sweet Beauty, est devenue un feuilleton médiatique suivi par des millions. Le 8 août 2023, un nouvel épisode s’est joué : sa disparition temporaire de son domicile. Cette évasion, bien que brève, met en lumière le dilemme entre la nécessité de protection et le désir de liberté.

Un protocole de sécurité devenu prison

La sécurité est souvent perçue comme une bénédiction, surtout pour ceux qui sont sous la menace constante. Mais pour Adji Sarr, elle s’est transformée en malédiction. D’après les révélations du journal Le Quotidien, le protocole de sécurité autour d’elle était si rigide qu’il en devenait asphyxiant. Elle était coupée du monde extérieur, sans possibilité de voir ses proches, ses amis, ou même de respirer l’air frais sans surveillance. Cette situation est devenue une prison dorée pour Adji, où chaque jour ressemblait à une éternité. La sécurité, au lieu de lui offrir la paix, lui a apporté l’isolement et la détresse.

Ce mardi 8 août, Adji Sarr s’est enfuie. La décision d’Adji de s’évader n’était pas un acte impulsif. C’était le résultat d’une accumulation de frustrations, de jours passés à regarder par la fenêtre, espérant un semblant de normalité. Elle voulait sentir le vent sur son visage, marcher librement dans la rue, et surtout, elle voulait être maîtresse de sa vie.

Une évasion éphémère et un retour à la réalité

Le jour de son évasion, Adji a réussi à tromper la vigilance de ses gardiens. Elle s’est retrouvée dans les rues, probablement perdue, mais libre. Cette liberté, bien que de courte durée, était un baume pour son âme meurtrie. Une femme, ignorant probablement la tempête médiatique autour d’Adji, l’a recueillie. Ce geste de bonté montre que malgré la méfiance et la peur, l’humanité persiste.

Mais cette évasion n’était pas sans conséquences. Les autorités, les médias et le public étaient en émoi. Les spéculations allaient bon train : avait-elle été enlevée ? Était-elle en danger ? La réalité était plus simple, mais tout aussi poignante : Adji Sarr voulait juste être libre.

Lorsqu’elle est finalement rentrée chez elle, la réalité l’a rattrapée. Les caméras, les questions, la surveillance accrue. Mais cette évasion a envoyé un message clair : la sécurité ne doit pas se faire au détriment de la liberté individuelle. Rappelons que Adji Sarr est cette masseuse qui a porté plainte contre l’opposant sénégalais Ousmane Sonko pour viol. L’homme politique a été condamné à deux ans de prison pour corruption de jeunesse. C’est cette condamnation de Ousmane Sonko qui a déclenché des tensions dans le pays en juin dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici