RDC : le député Eric Bukala interpellé pour viol sur sa femme de ménage

0
190
RDC : le député Eric Bukala interpellé pour viol sur sa femme de ménage

En RDC, Éric Bukala, député provincial de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, est visé par une plainte déposée ce 12 septembre 2023 à la cour d’appel de Kinshasa. Il est accusé de viol sur sa domestique Hélène Dondja Mukanga.

Eric Bukala nie les accusations portées contre lui

Selon la déposition, le député aurait violé à plusieurs reprises sa domestique dans sa résidence le 15 décembre 2022. Suite à ces agressions répétées, Hélène a donc décidé de porter plainte. Dans la plainte déposée par l’avocat de la victime, on peut lire : « ce dernier la suivit, entra dans la même chambre, ferma la porte et enfin jeta en toute brutalité la victime sur son lit sous ces mots, toi, tu travailles chez moi, tu es mon objet sexuel, il faut que je te couche ». Toujours d’après la plainte, l’incriminé aurait menacé sa domestique en ce terme : « Si tu racontes cette histoire à quelqu’un, je vais t’amener loin ». Après cette accusation contre le député, le média Congo news a réagi en affirmant que cette plainte semble être un complot contre la personnalité le privant ainsi de ses droits d’exercer la politique.

Par ailleurs, le député provincial Éric Bukula a nié toutes ces accusations en bloc et dénonce un montage grossier visant à l’éliminer de la course électorale en salissant sa crédibilité. En outre, il précise que ces accusations ont débuté depuis qu’il a demandé à clair en sa qualité du député provincial, sur la gestion des fourrières dans la ville de Kinshasa et dénoncé des irrégularités dans l’opération des destructions anarchiques à Kinshasa.

Faits racontés par l’avocat de la victime

L’avocat de la victime quant à lui, déclare : « Qu’après cet acte, le prévenu intimida ma cliente sous ces termes « soki oyebisi mutu makambo oyo, na ko mema yo mosika naza députée ba kangaka biso te, naza na imnunité. Devant cette situation, la Victime s’était trouvée devant un embarras de choix, le silence était resté la seule solution pour protéger son travail ; Que ce comportement était devenu habituel pour le prévenu jusqu’à abuser de notre cliente plus de 20 fois. Ainsi, en date du 14 mars 2023, la victime décida d’abandonner son travail avec les arriérés de 4 mois, soit 2005 ; Que comme cela ne suffisait pas, après une réclamation de ses arriérés de salaire, pour faire taire la victime, I ‘inculpé député provincial de Kinshasa porta plainte contre la victime auprès de son ami capitaine DUX de Kingabwa pour ne rien lui reprocher. » L’avocat demande donc que justice soit faite en RDC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici