Bénin : voici ce que le gouvernement attend pour reverser les AME

0
203
Tensions diplomatiques : nouvelle réponse du gouvernement béninois aux militaires
Wilfried Léandre Houngbédji, le Secrétaire adjoint du gouvernement, porte-parole du gouvernement

Au cours d’une conférence de presse le mercredi 20 mars 2024 dans le Septentrion, le porte-parole du gouvernement béninois, Wilfried Léandre Houngbédji, a abordé les obstacles entravant le processus de reversement des Aspirants au Métier d’Enseignant (AME) en Agent Contractuel de Droit Public de l’État (ACDPE).

Les défis liés au reversement des AME en ACDPE

La volonté politique du gouvernement béninois de réaliser le reversement des AME en ACDPE demeure intacte, a signalé le porte-parole du gouvernement. Cette catégorie d’enseignants, travaillant dans les écoles et collèges du pays, est concernée par cette mesure qui vise à améliorer leurs conditions d’emploi et à reconnaître leur contribution au système éducatif. Cependant, la mise en œuvre de cette promesse se heurte à des obstacles financiers significatifs.

Selon les déclarations de Wilfried Léandre Houngbédji, le reversement des plus de 30 000 AME aurait un impact budgétaire conséquent, estimé à plusieurs milliards de francs CFA. Cette charge financière pose la question de la capacité de l’État à absorber un tel coût sur le court terme. Le porte-parole du gouvernement souligne la complexité de cette décision, insistant sur la nécessité d’une approche réfléchie et progressive pour mettre en œuvre ce reversement.

La question de modalité de reversement

Face à ces défis, le gouvernement béninois assure que des réflexions approfondies sont en cours pour définir les modalités précises du reversement des AME. Il est question d’élaborer un plan progressif, prenant en compte divers critères, afin d’assurer une mise en œuvre équitable et efficace de cette mesure. La question de savoir si ce processus sera gradué en fonction de certains critères reste ouverte, mais le gouvernement s’engage à informer clairement les AME sur les conditions et les étapes à venir.

Le Conseil des ministres extraordinaire du lundi 18 mars 2024 a également marqué une avancée en revisitant certaines conditions relatives au contrat de travail des AME. Il s’agit de « l’extension à douze mois de la prise en charge de leur rémunération, à compter de la présente année scolaire ; le bénéfice d’une assurance-maladie selon les modalités prévues pour les fonctionnaires ; le bénéfice d’un congé de maternité pour les AME de sexe féminin ; l’institution d’une prime d’engagement pour service d’intérêt national d’un montant de 20.000 FCFA par mois et par AME, à compter du mois de mars 2024 ; la gratuité des frais de scolarité pour les enfants des AME, à l’instar de ceux des enseignants fonctionnaires et contractuels de l’Etat ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici